FROID Collectif La Fièvre  - Théatre 2 Galeries

Un après midi d’été en Suède, 4 jeunes garçons tempêtent autour de leurs utopies et illusions perdues.

 

La Suède. Une journée chaude. C’est la fin des cours. Keith, Anders et Ismael boivent, s’enivrent pour combler l’ennui ou la peur du futur. Au-dessus d’eux plane le souvenir d’un quotidien violent vécu depuis la plus tendre enfance, une douleur qu’ils arrivent jusqu’ici à canaliser. Leur seul réconfort, être ensemble, partager les mêmes idées. Karl passe par là. Il représente tout ce qu’ils n’ont pas, une famille, de l’argent, des amis. La chance d’une réussite sociale. A travers lui la haine monte en eux, pas seulement celle de l’étranger mais celle du monde capitaliste globalisé dont ils croient pouvoir sauver leur pays. Ils vont donc lui déclarer la guerre.



Mise en scène : Romain Bouillaguet & Emmanuel Pic
Auteur : Lars Norén
Adaptation : Katrin Ahlgren & Amélie Wendling
Scénographie : Romain Bouillaguet & Emmanuel Pic
Création lumière : Romain Bouillaguet & Emmanuel Pic
Création sonore : Nicolas Latron & Nortal Music
Régie : Romain Bouillaguet & Emmanuel Pic
Production : Collectif La Fièvre

Avec : Romain Bouillaguet, Edouard Eftimakis, Axel Giudicelli, Alexandre Gonin

Romain Bouillaguet, co-metteur en scène

Romain intègre le Cours Florent en 2013 où il suit les enseignements de Fréderic Haddou, Serge Brincat, François Orsoni, Sophie Lagier, Julie Recoing, François-Xavier Hoffmann et Félicien Juttner. En 2015, il joue dans L’Histoire d’un Cactus et d’une petite Souris. Il écrit et met en scène la même année avec différents membres du collectif « 29200 » sa première création. En 2016, il joue dans « La putain Respectueuse » de Jean-Paul Sartre mis en scène par Thibaut Lescanne et dans Passerelles un travail collectif dirigé par Cyril Anrep. La même année il assiste Emmanuel Pic dans sa création « On a tué la bonne et grand mère prie » dans le cadre des Automnales du Cours Florent. En 2017,  il présente une nouvelle création « 3x3 » au théâtre de la Jonquière à Paris, joue dans QUELQUE CHOSE QUELQUE PART QUELQU’UN QUELQUES-UNS QUELQUEFOIS création d’Anthony Moudir au CNSAD et signe la co-mise en scène de « Froid » de Lars Norén au Festival d’Avignon le OFF. Cette dernière pièce sera reprise au Festival d'Avignon le OFF 2018 ou il reprendra le rôle de Keith.



Emmanuel Pic, co-metteur en scène

Emmanuel est originaire de Saint Raphaël, au lycée il suit des cours de théâtre au Conservatoire Régional où il obtiendra son brevet d'état d'art dramatique avec mention. Et jouera dans la Mort de Danton de Buchner sous la direction de Philippe Petit.

Après obtention du BAC, il monte à Paris suivre la formation des cours Florent, il aura comme professeurs Julie Recoing, Serge Brincat, Frédéric Haddou, Olivier Tchang-Tchong et David Clavel.

Il monte à l'école Ragnarok d'après En attendant Godot de Beckett et On a tué la bonne et grand-mère prie création d'après Huit Femmes de Robert Thomas qui sera sélectionné pour le festival des automnales 2016.

Parallèlement il crée le collectif la fièvre avec ses amis rencontrés à l'école. Il jouera dans "Cactus et Souris" sous la direction de Tristan Michel.

En 2017, il monte avec Romain Bouillaguet Froid de Lars Noren.

Il est assistant Pédagogique de la Classe Libre promotion 38 dirigée par Jean-Pierre Garnier.

 

Production: Collectif La fièvre

Coproduction : Bazprod / 66live

Partenaires et soutiens : L'étoile du Nord – scène conventionnée (Paris), collectif ADM

Le collectif La Fièvre est implanté en Île de France.

Contact compagnie: collectif.la.fievre@gmail.com

Contact diffusion : Tina Wolters (Derviche Diffusion) tina.wolters@dervichediffusion.com

 

Synopsis

La Suède. Une journée chaude. C’est la fin des cours. Keith, Anders et Ismael boivent, s’enivrent pour combler l’ennui ou la peur du futur. Au-dessus d’eux plane le souvenir d’un quotidien violent vécu depuis la plus tendre enfance, une douleur qu’ils arrivent jusqu’ici à canaliser. Leur seul réconfort, être ensemble, partager les mêmes idées. Karl passe par là. Il représente tout ce qu’ils n’ont pas, une famille, de l’argent, des amis. La chance d’une réussite sociale. A travers lui la haine monte en eux, pas seulement celle de l’étranger mais celle du monde capitaliste globalisé dont ils croient pouvoir sauver leur pays. Ils vont donc lui déclarer la guerre. »

C’est un marathon de haine, une montée progressive de violence rythmée par des accès de fièvre oscillant entre confusion et impulsivité. Le public devient une partie intégrante du dialogue qui pour lui n’en est pas un car le silence est son seul texte. Il prend ainsi la position du cinquième acteur, muet et impuissant face à l’horreur. Ce qui nous intéresse c’est le chemin, cette heure que tous passent ensemble. Nous souhaitons analyser les comportements qui les poussent à commettre ce crime. Surtout, nous ne dresserons pas le portrait grossier de jeunes néonazis mais celui de jeunes amis comme on pourrait en croiser des centaines, qui aiment rire, manger des saucisses et jouer au foot.

INFOS

Du 06 Au 29 Juillet

tous les jours sauf les 09, 16 et 23 juillet

11H30 - durée 60 min

Salle 2

TARIFS

Tarif abonné (carte OFF) | 13.0 €
plein tarif | 19.0 €

Galerie Photos