FUCKING HAPPY END ! Compagnie Reina Loca  - Théatre 2 Galeries

Une version déjantée et furieusement joyeuse de Peau d’Âne !

 

C’est dans un étrange cabaret, peuplé de créatures évadées de l’univers des contes, que notre Peau d’Âne choisira d’endosser le seul costume désormais à sa mesure : celui de femme libre !

Bref, si vous en avez marre des « happy end » formatés, cette fable contemporaine, loufoque et furieusement joyeuse, est pour vous !



Mise en scène : Sarah Fuentes & Jan Oliver Schroeder
Auteur : Sarah Fuentes
Scénographie : Renee Guirao
Création lumière : Sam Zucca
Création sonore : Pili Loop & Ludovic Chasseuil
Régie : Lois David Guidotti
Production : Compagnie Reina Loca

Avec : Ludovic Chasseuil, Sarah Fuentes, Maud Imbert, Jan Oliver Schroeder

La Compagnie Reina Loca défend un théâtre qui questionne l’intime. L’humain dans son essence. Son absurdité, ses psychoses, ses perversions. Pour donner à voir ce qui nous abime et, dans le même temps, nous construit. Le rapport à l’autre, dans ce qu’il a de dysfonctionnel, se veut notre terreau. Le couple, les liens du sang, la famille, au sens large, inspirent nos créations.

Tels des clowns facétieux, nous avons choisi le rire comme arme de dénonciation et de défense. Le rire comme contre-pouvoir, acte de résistance, de survie face à cette grande farce macabre qu’est l’existence. Comme le clame la Mort dans Fucking Happy End ! : « C’est d’un éclat de rire qu’on kalachnikove la réalité ! ».

Depuis sa création, la Compagnie a monté Les 4 jumelles de Copi, au Théâtre du Marais et Corps désaccordés/Un putain de Cabaret, un spectacle sur la prostitution créé en résidence au Théâtre Paris-Villette et sélectionné au Festival de Théâtre de rue de Chalon-sur-Saône.

De 2011 à 2015, la Compagnie a suivi sa directrice, Sarah Fuentes, en Afrique du sud où elle a produit trois spectacles, en partenariat avec l’Alliance Française : Séquelle(s), une comédie sur la violence des rapports mère-fille, Work In Progress / Prisonniers des Sens, une performance immersive, pluridisciplinaire et organoleptique et The Little Cabaret of Donkey Skin, ébauche à la création de Fucking Happy End.

La compagnie Reina Loca, défend un théâtre engagé sur scène, mais aussi hors scène, notamment en intervenant dans des orphelinats des townships des métropoles sud-africaines ou en organisant des ateliers d’improvisation théâtrale dans le camp de migrants en France, à Calais. Depuis deux ans, Sarah Fuentes participe à l’aventure Respire, une forme courte sur la maladie co-écrite avec l’auteur et metteur en scène Rebecca Stella, jouée en milieu hospitalier.

 

Sarah Fuentes, metteuse en scène

Après un Master II en droit, Sarah Fuentes intègre la Classe Libre de l’Ecole Florent où elle s’intéresse déjà à la dramaturgie. Avec sa compagnie, crée en binôme avec Rebecca Stella, elle monte Marie la Sanglante, une relecture de Marie Tudor de Hugo et Les quatre jumelles de Copi au Théâtre du Marais. Elle s’attaque ensuite à l’écriture, avec Corps désaccordés / Un putain de Cabaret !, spectacle sur la prostitution, qu’elle monte en résidence au Théâtre Paris-Villette et sélectionné au Festival de Châlons-sur-Saône (collaboration B. Hamidi). Entre 2011 et 2015, en Afrique du Sud, elle monte, en co-production avec l’Alliance française, trois nouvelles créations : Séquelle(s), une comédie sur la violence des rapports mère fille, Work In Progress/Prisonniers des Sens, une performance immersive et The Little Cabaret, ébauche de Fucking Happy End. De retour en France, elle co-signe, avec Rebecca Stella, l’écriture et la mise en scène de Respire, un spectacle sur la maladie, joué en milieu hospitalier.

 

Jan Oliver Schroeder, metteur en scène

Déjà passionné de théâtre sur les bancs de son lycée franco-allemand de Bonn, Jan Oliver Schroeder devient en 1993 l´assistant à la mise en scène de David Mochtar Samorai au Théâtre de la Ville de Düsseldorf où il se frotte aux grands auteurs classiques allemands (Kleist, Goethe, Schiller). Puis il s´installe à Paris et intègre les Cours Florent: C´est là qu´il rencontre Sarah Fuentes.

En 2003 il fonde la Compagnie du Coryphée et monte plusieurs spectacles de F. Garcia Lorca dont Yerma au Théâtre des Songes et Les Amours de Don Perlimplin au Théâtre du Nord-Ouest, puis Mélite de Pierre Corneille pour les Scènes d´Eté du Théâtre13, repris au Vingtième Théâtre en 2009.

En 2012 il écrit et met en scène La Rose Blanche, spectacle qui retrace l´histoire du groupe de jeunes résistants munichois autour de Hans et Sophie Scholl pour le Printemps de la Création Théâtrale au Théâtre14.

Production: compagnie Reina Loca

Partenaires et soutiens : THEATRE DES DECHARGEURS, THEATRE 14, ALLIANCE FRANCAISE DE PARIS, CENTRE PAUL VALEYRE, ALLIANCE FRANCAISE DE CAPTOWN (AFRIQUE DU SUD), BAXTER THEATER CENTER (UNIVERSITY OF CAPE TOWN), NATIONAL ARTS FESTIVAL (GRAHAMSTOWN), JUNGPRODUKTION (GERMANY)

La compagnie Reina Loca est implantée en Île de France.

Contact compagnie: info@reinaloca.com

Contact diffusion : Adeline Bodin – bodin-adeline@orange.fr

Synopsis

Comme un acte de résistance, FUCKING HAPPY END s’approprie le conte de Peau d’Âne pour donner vie à une comédie loufoque et déjantée, qui ne renie jamais sa part de tragédie.

FUCKING HAPPY END s’amuse à décortiquer les icones des contes mieux pour les fondre dans les nouveaux archétypes de notre époque : Une princesse au petit pois bimbo de téléréalité, une Blanche-neige nymphomane, un Petit Chaperon rouge « caillera », un prince biker looser, des Parques diseuses de bonne aventure, un Barbe bleu piètre lanceur de couteaux ou encore une fée drag-queen au bord du burn-out...

Ce n’est pas seulement les contes de fées que FUCKING HAPPY END dynamite, c’est aussi le cloisonnement des genres. Boulevard. Tragédie. Absurde. Grand guignol. Epouvante. Conte fantastique. Vaudeville ou cabaret. Ici, on refuse les étiquettes et on passe de l’un à l’autre, sans complexe. Avec une jubilation festive !

C’est dans cet étrange cabaret d’insurgés des contes, où tout semble possible, que Peau d’Âne va ouvrir les yeux. Passer d’objet à sujet. Assumer de ne pas correspondre à l’image formatée qu’on voudrait lui coller. C’est dans ce royaume, où l’illusion est reine, que notre Peau d’Âne choisira d’endosser le seul costume désormais à sa mesure : celui de femme libre !

S’il s’agit d’une comédie, il n’en demeure pas moins que FUCKING HAPPY END raconte la violence d’être une femme. Ecartelée entre la maman et la putain, les enfants et la carrière. La violence d’être un homme. Bouffé par tout ce qu’on attend de lui. Celle du couple. Des années qui abîment. De la toxicité de la famille. Des rêves que l’on fait peser sur les épaules des enfants et qui ne leur appartiennent pas. Du combat que l’on mène pour s’en affranchir. De ces deuils que l’on fait pour avancer. De ceux qui nous construisent. Et nous libèrent…

INFOS

Du 06 Au 29 Juillet

tous les jours sauf les lundis 9, 16 et 23 juillet

20H40 - durée 80 min

Salle 1

TARIFS

Tarif abonné (carte OFF) | 13.0 €
plein tarif | 19.0 €

Galerie Photos