Occupe toi du bébé Forget me not  - Théatre 2 Galeries

Un thriller théâtral, teinté d’humour british, qui tient en haleine le spectateur d’une manière irrépressible et troublante.

 

Une femme est accusée d’avoir tué son enfant. Elle est condamnée, puis innocentée pour manque de preuves à l’issue de son procès en appel. Après quatorze mois de détention, elle sort libre du tribunal. Inspirée de faits divers, cette pièce du brillant auteur britannique Dennis Kelly est construite comme un scénario de film. On y croise un reporter, un journaliste et un présentateur qui enquêtent. Martin, son mari. Lynn, sa mère, une célèbre femme politique en pleine campagne électorale. Un médecin qui a diagnostiqué chez Donna un bien étrange syndrome… Tout est sans cesse en mouvement. Chacun joue le jeu de la confession et tient son rôle. Mais où est la vérité ? Qui la détient ?
Quand elle touche à l’impensable, peut-elle vivre sans le mensonge ? Un thriller théâtral, teinté d’humour british, qui tient en haleine le spectateur d’une manière irrépressible et troublante.



Mise en scène : Laurent Meininger
Auteur : Dennis Kelly
Adaptation : Traduction : Philippe Lemoine & Pauline Sales
Scénographie : Mathieu Desailly
Création lumière : Renaud Lagier
Création sonore : Matthieu Dehoux
Régie : Bruno Bumbolo, Matthieu Dehoux, Renaud Lagier
Production : Compagnie Forget Me Not

Avec : Jeanne François, Catherine Riaux, Mary Leaument, Mathieu Montanier, Laurent Meininger

Aller au théâtre est une initiative personnelle pas spécialement évidente à entreprendre. La vie est trop urgente, le spectacle du monde trop tragique, les modes de vie ont changé et cette initiative n’est plus une nécessité culturelle et sociale. Notre démarche juste consiste à créer des formes théâtrales qui puissent être jouées dans tous les théâtres, mais aussi sur toutes les places de village ; de jouer l’hiver entre des murs, et l’été à l’extérieur ; pouvoir jouer en appartement une forme qui le lendemain se joue dans un grand lieu. Là est notre désir, notre nécessité à porter des œuvres théâtrales sur de multiples scènes, avec le souci d’un théâtre pour tous. Par scène j’entends donc n’importe quel lieu où l’on peut représenter une œuvre dramatique.

Travailler vers un « théâtre pauvre » ne pas recourir au superflu est essentiel à notre création. Il me semble important d’axer le travail sur la force du théâtre, des voix, des corps, des mots. Le théâtre rassemble à l’inverse de l’audiovisuel et autres médias actuels, il est au service de l’homme, de ses aspirations, de ses passions, de ses contradictions, de son besoin de liberté, de son mystère devant l’inconnu. C’est à nous aujourd’hui d’avoir une filiation contemporaine avec ceux qui ont œuvré pour décentraliser le théâtre après-guerre.

Le théâtre doit « sortir » pour partir à l’aventure des quartiers, des campagnes, des idées reçues pour lutter contre cette pensée fataliste du « de toute façon, c’est pas pour moi ».
Notre théâtre doit fédérer par sa pensée, par ses convictions.
Face à l’évasion vulgaire, au soulagement facile que proposent les médias de masse, le théâtre doit oeuvrer de toute son âme pour fédérer un public d’aujourd’hui sans oublier jamais que la beauté, la poésie, la qualité, l’intelligence sont les fondements de sa légitimité.

 

Laurent Meininger, metteur en scène

Après une formation à l'Ecole Nationale Supérieure de Saint-Etienne, Laurent Meininger joue au théâtre sous la direction de

Emilie Valentin dans Castelet en Jardin, Julie Brochen et Annie Lucas dans Naissance du Nouveau Monde I, Stanislas Nordey dans Porcheries de Pasolini, Violences de Didier-Georges Gabily, La Puce à l'Oreille de Georges Feydeau, Le Triomphe de l'Amour de Marivaux, Cris de Laurent Gaudé, Electre d'Hugo von Hoffmannsthal et Incendies de Wajdi Mouhawad,Cédric Gourmelon dans Dehors devant la porte de Wolfgang Borchert, Richard Brunel dans Hedda Gabler d'Henrik Ibsen, Thierry Roisin dans Chantier Novarina et Laurent Pelly dans Le Roi nu d'Evguéni Schwartz, Mille francs de récompense de Victor Hugo, Macbeth, Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, Jean-Louis Hourdin, Je suis en colère mais ça me fait rire et Clarisse, Mehdi et les autres de David Dumortier, et Jean la Chance de Bertolt Brecht.

En 2011, il fonde sa propre compagnie, « Forget me not » il est associé au Théâtre- le canal, scène conventionné théâtre pour la région Bretagne. Il a créé Feydeau- café concert de Georges Feydeau ainsi que Les Affaires sont les affaires d'Octave Mirbeau. En 2015-2016, il joue sous la direction de Richard Brunel dans Roberto Zucco de Bernard Marie Koltés. Il crée La maladie de la famille M de Fausto Paravidino. En 2016-2017, il joue dans Le songe d'une nuit d'été mise en scène par Laurent Pelly, puis dans Tartuffe Nouvelle ère mise en scène par Eric Massé. En 2018 il crée Occupe toi du bébé de Dennis Kelly.

 

Production: Compagnie Forget Me Not

Co-production : Théâtre de l'Archipel (Fouesnant), Théâtre de la Paillette (Rennes), Le Canal - Scène conventionnée pour le théâtre (Redon), Le Quartz - scène nationale de Brest, Théâtre du Champ du Roy (Guingamp)

Partenaires et soutiens: Drac Région Bretagne, Spectacle Vivant en Bretagne, ADAMI, SPEDIDAM, Ville de Rennes

La compagnie Forget Me Not est implantée en Bretagne.

Contact compagnie: contact@forgetmenot.fr

Contact diffusion : Anaïs Arnaud – anais_arnaud@yahoo.fr

Synopsis

Une femme, Donna, est accusée d’avoir tué son enfant. Elle est condamnée puis innocentée, faute de preuves. Après quatorze mois de détention, elle sort libre du tribunal.

Inspirée de faits divers, la pièce de l'auteur britannique Dennis Kelly, est construite comme un scénario de film reposant sur des interviews, menées par un reporter, un journaliste, un présentateur. 

Ils nous emmènent dans une enquête trépidante où se mêlent les protagonistes : Donna, personnage principal dont le fils meurt à l'âge cinq mois; Martin - son mari; Lynn, sa mère - une célèbre femme politique en pleine campagne électorale; Un médecin qui a diagnostiqué chez Donna un bien étrange syndrome…

A la façon d'une émission de télé-réalité, Occupe-toi du bébé dénonce le manque d'éthique de certains médias, qui poussent le spectateur au voyeurisme le plus féroce. 

La pièce, subversive, montre comment la subjectivité peut nous entrainer sur des pentes glissantes; car, la vérité - lorsqu'elle touche à un tabou insupportable - ne peut vivre sans le mensonge...

INFOS

Du 06 Au 26 Juillet

tous les jours sauf les lundis 9, 16 et 23 juillet

17H05 - durée 95 min

Salle 1

TARIFS

Tarif abonné (carte OFF) | 13.0 €
plein tarif | 19.0 €

Galerie Photos